Tour et sommet du Piz Bernina - 4 048 m


Dimanche 10 juillet 2011 (J1)
Après 5 heures de route, nous voici téléportés à Morteratsch à proximité de Saint-Moritz, station de sports d’hiver mondialement réputée pour ses 322 jours de soleil par an dans le canton des Grisons (Gr, Gr).
Nous découvrons le massif de la Bernina, inconnu de notre trio (Pascal,
Pierre et moi). Depuis le parking, on aperçoit déjà le Piz de Morteratsch
(3751m) que nous gravirons (en option) le lendemain.
En arrivant au refuge de Boval, nous faisons la connaissance d’une
Alsacienne qui a trouvé la montée difficile et qui prétend attendre ses amis…. qui sont déjà au refuge ! Un groupe de Lorrains que l’on reverra plus tard avec de la mirabelle au fond du sac. Le repas est pris avec deux autres cordées : Martina, Thomas (chers à Pilou).

Lundi 11 juillet 2011 (J2)
Dès la deuxième journée, le rythme de la semaine est donné : lever à
05h00 et +1200m de dénivelé au départ du refuge de Boval en escaladant une face caillouteuse puis une marche sur glacier qui nous permet d’atteindre vers 09h00 le Pic de Morteratsch d’où l’on domine le massif et la Biancograt qui est dans le prolongement est du Piz Bernina.
En passant à 3000m, première mise en scène de Pascal. Rien ne sort que du bruit : impressionnant.
Descente jusqu’à la Fuorcla da Boval, puis descente sur le glacier de
Tschierva pour arriver au refuge du même nom ou une ravissante
demoiselle nous propose de boire une bière fraîche. Cela tombe bien il fait très chaud.

Mardi 12 juillet 2011 (J3)
Prévu comme journée de transition ce mardi, nous nous motivons quand même pour l’ascension du Chapütschin avec 1100 mètres de d+ au lieu de faire les lézards au refuge.
Départ donc de bonne heure pour essayer de mettre la main, ou plutôt les fesses, sur une tyrolienne très confortable pour le franchissement du torrent.. sur une quinzaine de mètres. Début de journée très bucolique en fond de vallée verdoyante pour l’entame de la journée. Au cours de l’ascension du Chapütschin nouveaux gémissements de Pascal à 3030m cette fois, aïe ! l’altimètre est déréglé !!!
Sommet agréable, magnifique cairn, et descente au refuge par un sentier pourri (merci Pilou) où nous retrouvons nos amis lorrains vers 16 heures , et enfin la mirabelle est de sortie pour le repas du soir, avec modération ,la météo annonce une fenêtre pour le lendemain matin seulement !!!

Mercredi 13 juillet 2011 (J3)
Levés de bonne heure donc, Pilou s’impatiente d’un peu de retard pris,
juste intuition ou grande expérience ?….Il pleut, aujourd’hui l’arrivée est à 3600 !!
Le col est franchi avec un vent à décorner les boeufs, et dans une purée de pois après quelques hésitations nous entrevoyons la main courante à la continuité aléatoire sur 450 de d+ jusqu’au refuge.
Nous apprendrons plus tard qu’une nouvelle MC a été mise en place…
Cela dit nous sommes vite pris par le mauvais temps, pluie abondante et vent, après avoir puisé dans nos réserves, nous franchissons la porte du refuge, un mot qui prend tout son sens !!

Jeudi 14 juillet 2011 (J4)
JPEGEn ce jour de fête nationale, on va faire « péter » le sommet …Debout à 5h comme d’habitude, il y a beaucoup de brouillard mais tout le monde se prépare nous faisons de même.
Les gens règlent leurs boussoles pour redescendre par mauvais temps,
nous sommes censés aller au Piz Bernina. Mais une fois encordés, nous
abandonnons devant la porte du refuge ; juste le temps de mouiller nos dernières paires de chaussettes sèches dans nos chaussures encore trempées de la veille. Nous restons la journée au refuge à attendre que le ciel se dégage ce qui n’arrivera pas. Du coup sieste, lecture de plusieurs dizaines de magasines italiens (on regarde les images plutôt !) et un sudoku à deux en 3h. Le refuge Marco Rossa (3597m) est très confortable.

Vendredi 15 juillet (J5)
Levé 5h. Il y a toujours du brouillard mais le ciel est globalement moins
chargé. Nous partons boussole à la main. La voie est bien enneigée mais tout se passe bien ; nous allons au Piz Bernina (4048m) et nous sommes de retour au refuge 4h plus tard. Une longue descente nous attend ; la belle traversée glacière de Bellavista suivie par l’arête rocheuse deFortezza. Nous nous rapprochons grandement du Piz Palü, un magnifique sommet peu difficile du massif. Sans cette journée de mauvais temps nous y serions sûrement allés. Le guide de nos amis Lorrains nous fourvoie sur une mauvaise arête dangereuse nous perdons une petite heure. Le raid en haute-montagne se termine à 19h à Morteratsch, Pizza à St Moritz, Besançon à 4h du matin.

Pilou, Pascal et Manu.

Programme

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucune sortie à venir les 12 prochains mois