Rando/via au Triglav du 12 au 20 août 2017 dans les alpes juliennes- Slovénie.


Nous sommes 4 au départ de Franche-Comté pour cette semaine de voyage.
Samedi , arrivée à à Kamnik (au nord de Ljubljana) dans la vallée de Kamniška Bistrica à la Dom v Kamniški Bistrici, 600m d’altitude : nous sommes charmés par la petite retenue d’eau turquoise du torrent, la verdure du lieu, la chapelle située en hauteur et les quelques bâtisses. Au repas du soir, premières saucisses/moutarde.
Le lendemain, à la montée, après s’être arrêtés au refuge d’altitude, nous sommes saisis par le vent fort qui souffle sur l’arrête pour accéder au sommet Truska Gora (2251m). Quelques passages techniques en via ferrata très bien équipés sont sympas à franchir. La végétation se fait rare, nous passons dans un univers minéral. La roche claire, calcaire, a été érodée et forme des lapiaz qui vont jusqu’à former des fissures profondes, des gouffres dans lesquels subsistent des névés. Beaucoup de monde sur les sentiers : les Slovènes semblent apprécier leurs montagnes…

Christine ne semble pas déçue par le bivouac de ses rêves : Bivak pod Skuto 2045m, nous arrivons de bonne heure et sommes ravis de trouver de la place. Le système slovène semble être en « no limit » : nous finirons à 20 pour 10 places, devant nous coltiner un Yvan qui ronfle et empiète sur la position en croix de notre Boss qui doit dormir « soit disant » ainsi pour le bien être de sa capsulite rétractile (également appelée épaule gelée).

JPEG - 3.8 Mo

Le lendemain, après la traversée d’un grand plateau glaciaire, la montée sur un passage plus abrupt, nous visitons un autre bivouac au design futuriste : Bivak Pavla Kemperla, 2104m 8 places. Tout en hauteur, il fait penser de loin à « la cabane au fond du jardin », mais l’intérieur est superbe et fonctionnel.
Encore une montée en plateau de lapiaz (qui peut faire penser à un glacier en été), une arrête rocheuse à franchir, une pente en éboulis et nous voici au sommet du Grintovek (2558m)
Nous sympathisons avec Borghot et ses amis, quelle n’est pas notre surprise d’entendre sa femme nous chanter « voulez-vous coucher avec moi ce soir »… les Slovènes sortent leur gniole qui a un bon goût de miel, malheureusement pour eux, le vin Français avait été bu la veille…
Après la longue descente, nous reprenons le véhicule dans l’après-midi pour nous rendre au refuge Aljažev dom v Vratih de Mojstrana dans le massif du Triglav. Petit arrêt au Mercator pour dévaliser les sauces poivron, se contorsionner sous les rayons, acheter des pêches que Christine prendra soin de laisser se taler généreusement dans son sac à dos☺.
La vue sur la face Nord verticale du Triglav est superbe depuis le refuge, difficile de concevoir que des sentiers le sillonnent, nous ne serons pas déçus le lendemain. A noter la belle performance vocale de Manu, inspiré semble-t-il par la fraicheur de la douche (il aurait suffit d’un euro mais le boss semble tenir à sa réputation de dur !). Et une saucisse/moutarde au repas du soir.

Mardi matin : c’est parti pour enchainer les 1600m D+ : après avoir traversé le torrent qui est à sec, la pente se redresse, notre progression est rapide, un ensemble de marches aménagées en bois la facilite. A la forêt succède une zone peuplée de pins buissons dans laquelle un jeune bouquetin peu farouche fait le ravissement des randonneurs.
Des passages équipés en via ferrata alternent avec des vires rocheuses, certains sont vertigineux. Un plateau de lapiaz atteint, Pascal choisit de monter directement au refuge Triglavski Dom Kredarica (2515m), Christine, Manu et Joce font le crochet par Dom Valentina Staniča (2332m), beaucoup moins fréquentée.

Le mercredi 16, ascension du Triglav en 1h15.
Tout slovènes qui se respecte doit gravir au moins une fois le point culminant du pays qui est représenté sur le drapeau de la patrie et manger des saucisses/moutarde.

JPEGJPEG

La première partie est la plus technique, vu la ferveur slovène, les prises sont largement patinées. Le câble est à disposition pour progresser en toute sécurité. La vue au sommet est superbe, elle nous permet d’envisager les itinéraires, montagnes des jours à venir. Séance photo dans la bonne humeur, bière slovène (à 8h du matin) et nous voici redescendus par un itinéraire situé plus à l’ouest. Une coulée de pierres descend quelques minutes après que nous soyons sortis du dièdre qui délimite un grand pilier rocheux : « bien allé sur ce coup-là ! Ouf ». A Dom Planika pod Triglavom, arrêt café, nous retrouvons des Français rencontrés au sommet et notre Pascal qui a fait le tour pour économiser son genou. Pour redescendre sur Vodmikov Dom, notre refuge pour la nuit. A la fin du pique-nique, les premières gouttes de la pluie qui était annoncée tombent. Nous gagnons le refuge peu de temps après que Pascal ait enfilé sa veste (pour la troisième fois me semble-t-il !).

Le jeudi, pour rejoindre le sentier de montée vers Koča na Doliču pod Triglavom, nous descendons dans le petit vallon : cure de verdure après ce passage très « minéral ». La veille, nous avions admiré le Triglav blanchi depuis le refuge lors des fortes précipitations, les amas de grêlons des torrents déjà à secs trahissent qu’il ne s’agissait pas de neige : nous avions bien fait de ne pas sortir la chaise longue au sommet du Triglav !!!
Après le pique-nique au refuge, nous allégeons les sacs pour s’atteler à la montée du Kanjavec 2568m. Le refuge est sans doute le plus rustique de notre épopée (toilettes à l’ancienne avec chauffage au méthane et parfum associé, un seul lavabo donnant sur le réfectoire coulant au goutte à goutte ; idéal pour un exhibitionniste qui voudrait sévir pendant l’heure des repas ☺. Un superbe coucher de soleil sur les montagnes slovènes clos la journée.
Le sentier formé par des murs de soutènements composés de gros blocs de pierres joliment agencés entre eux, laisse prévoir une superbe descente avec des passages très aériens pour le lendemain.
Ce soir pas de saucisses c’est goulash : excellente

JPEG

Pascal redescend à la voiture depuis le col gravi, pour visiter Ljubljana alors que nous poursuivons pour gagner le Pogačnikov dom na Kriških podih. Un vieux mâle bouquetin fait le show devant les randonneurs avec ses cornes immenses. La vue sur la face nord du Triglav est exceptionnelle. De face, quel plaisir de se dire que l’on est passé dedans, de rechercher la trajectoire…
Christine craque pour les chaises longues, l’ Apfelstrudel fera le reste ! Du coup Manu et Joce se font une montée énergique du Razor, à noter un passage qui peut nécessiter le baudrier pour plus de sécurité.
Suite à cette montée par temps lourd, les 3 petits lacs proches du refuge nous tendent les bras avec leurs bleus, verts de cartes postales. Pour le fun, petite corvée de bois pour aider le gardien. La polenta et le goulasch du soir nous enchantent.
Le lendemain, ascension du Kriz, proche du col qui nous permettra de redescendre dans la vallée. Petite pause au Bivak IV. Na Rušju , on manque de perdre un équipier qui a un coup de cœur sur l’endroit et envisage la retraite spirituelle ☺. La pluie annoncée arrive quand nous déjeunons à Aljazev dom.
Notre technicien Peugeot ne fait pas la fine bouche quand un Italien nous prend en stop avec sa Fiat Panda pour redescendre au village. Quelques courses, visite du village puis recherche d’un restaurant au large choix de spécialités locales : miammm !
Le lendemain pour le retour, pause déjeuner au lac de Constance pour profiter du lieu.

Chanceux pour la météo, des rencontres sympas tout au long de notre périple, un itinéraire ludique dans un cadre extraordinaire avec des options en fonction de nos envies… Merci Manu pour l’organisation de ce superbe séjour.

Joyce

JPEG

Au sommet du Triglav 2864m

Plus de photos

Navigation

Articles de la rubrique

Programme

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucune sortie à venir les 12 prochains mois